Les autorités et les forces de l’ordre ont été confrontées à divers mouvements de protestations violentes, au cours des derniers jours. Le Premier Ministre M. Joseph Jouthe, a jugé que la semaine était particulièrement tumultueuse.

Le chef du gouvernement a critiqué la violence d’un groupe d’ouvriers de la sous traitance qui ont détruit des matériels d’une entreprise à la Sonapi. M. Jouthe a qualifié ces individus de “vagabon” en créole estimant qu’ils veulent faire perdre au pays des milliers d’emplois.

Le Premier Ministre affirme qu’il faut alphabétiser ceux qui ne comprennent pas le principe du vivre ensemble en ayant recours systématiquement à la violence pour obtenir gain de cause.

D’autres manifestations violentes ont eu lieu notamment à Simon Pelé. Les résidents du bidonville réclamaient la libération d’un chef de gang.

Les jeunes et les enfants sont aussi de la partie. Les étudiants de l’UEH réclament justice pour l’ex bâtonnier Monferier Dorval. Des heurts ont eu lieu quotidiennement depuis deux semaines avec les forces de l’ordre.

Une fois de plus les écoliers ont eu recours à la violence pour exprimer leurs revandications légitimes. Les écoles privées ont été les bouc émissaires des revendications salariales des enseignants.

Entre temps il y a eu une résurgence de la violence dans les bidonvilles. Au Bel Air le gang de Barbecue a délogé d’autres éléments rivaux. Les forces de l’ordre sont intervenues deux semaines plus tard ce qui a provoqué des tirs d’armes de gros calibres dans tous les bidonvilles membres du G9.

Les défis sécuritaire et énergétique figurent parmi les priorités du chef de l’état. M. Moïse assure qu’il oeuvre insaisissable ment afin de satisfaire les revandications de ses compatriotes.