Le Conseil de l’ordre des avocates et avocats de Port-au-Prince invite les secteurs universitaire et des professions libérales, les organisations de droits humains, de la société civile et la population en général, à participer à une marche, prévue ce jeudi 3 septembre 2020, en réprobation à l’assassinat, le vendredi 28 août 2020, du bâtonnier de l’ordre des avocats, Me. Monferrier Dorval.

Cette marche démarrera devant le cabinet de Me. Monferrier Dorval, à la rue Rivière aux environs de 9:00 am locales (13:00 gmt) et prendra fin, à midi, devant le siège de la Cour de cassation, au Champ de Mars (principale place publique dans la capitale), précise une note de presse, signée par la bâtonnière ad intérim, Me. Marie Suzy Legros, et transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Les avocates et avocats seront vêtus en toge pour cette marche, avait décidé leur assemblée générale, réunie, le lundi 31 août 2020, en séance extraordinaire, autour de l’assassinat du bâtonnier de Port-au-Prince.

Parmi les autres résolutions, l’assemblée générale des avocates et avocats condamne, avec la plus grande véhémence, l’assassinat crapuleux du Me. Monferrier Dorval.

Elle appelle à observer un arrêt complet de toutes prestations judiciaires jusqu’aux obsèques du bâtonnier défunt.

L’assemblée générale des avocates et avocats du Barreau de Port-au-Prince affirme se dissocier de tous les hommages, venant de l’exécutif politique, au bâtonnier défunt Me. Monferrier Dorval (10 juin 1956 Grande Saline / Artibonite – 28 août 2020 Pèlerin-Pétionville / Ouest).

Elle affirme sa détermination, en consultation avec la Fédération des barreaux d’Haïti (Fbh), à obtenir justice pour Me. Monferrier Dorval.

Entre-temps, la maison du défunt a été saccagée, le mardi 1er septembre 2020, alors que les autorités judiciaires ont annoncé la présence d’un point fixe de patrouilles policières, devant la résidence de Me. Dorval, pour sécuriser et préserver la scène du crime.

Les barreaux d’une barrière, donnant accès aux autres chambres, ont été sciés, des chambres et la bibliothèque de Me. Dorval ont été saccagées, le bâton, symbole du bâtonnier, a été même emporté.