Le rectorat de l’Université d’État d’Haïti (Ueh) observe un arrêt de travail, du lundi 7 au mercredi 9 septembre 2020, en signe de protestation contre l’assassinat de deux membres de l’institution, indique une note du rectorat de l’Ueh.

Il s’agit de l’assassinat, le 28 août 2020, du professeur de droit constitutionnel, Me. Monferrier Dorval, également bâtonnier de l’ordre des avocats du Barreau de Port-au-Prince et de celui de l’étudiant-mémorand à la Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire (Famv), Mical Samul, dont le corps sans vie a été retrouvé plusieurs jours après qu’il a été porté disparu.

« L’Ueh veut ainsi dénoncer de toutes ses forces et protester énergiquement contre la situation d’insécurité et d’impunité généralisée, qui s’installe à travers le pays depuis trop longtemps », souligne la note du rectorat de l’Ueh.

Le rectorat de l’Ueh exige que justice soit rendue au professeur Monferrier Dorval et à l’étudiant mémorand Mical Samul, conformément aux lois de la république.

Le décanat de la Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire a aussi dénoncé le crime crapuleux perpétré, le mardi 25 août 2020, contre l’étudiant Samul, par un policier appartenant à la Brigade d’intervention motorisée (Bim), rapporte le site de la Famv.

Il est temps de fermer le robinet de sang et d’arrêter cette machine infernale, qui sème le deuil et la désolation au sein de la société, estime le décanat e la Famv.

Pour leur part, les professeurs de la Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire réclament que justice soit rendue à la famille de la victime et à l’Ueh.

De son côté, le Comité central du conseil des étudiantes et étudiants de la Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire se dit indigné et révolté, face à cette bavure policière, qui a conduit « au meurtre brutal et sans motif » de Mical Samul, un étudiant issu de la promotion Luminescence (2014-2019).

Le Comité central du conseil des étudiantes et étudiants de la Famv exige l’ouverture d’une enquête rigoureuse, pour faire la lumière sur l’assassinat de l’étudiant mémorand Mical Samul, qui ne doit nullement demeurer impuni.